La technique photo   

---

Préambule -Les Lampes - Technique photo - Carrière de gypse - Refuges - Roucy - Paris - Carrière de  tuffeau - Naours -Champignonnière - Gouffre de la Fage - Insolite - Biblio et contact

 

Vous trouverez dans cette page, une foultitude de détails techniques, trucs et autres astuces pour devenir le Yan Arthus Bertrand de la photo underground.

 

Avant tout, merci aux amoureux-fous-passionnés qui ont contribués à l’enrichissement de cette rubrique (dont Roudoudou qui présente des photos de grande qualité :  voir Roudoudou)

 

*  Mille excuses : Les photos de ce site sont scannées, réduites, compressées, tout un tas de traitement pour le plaisir de la navigation, mais bien sur, au dépend de la qualité. Le résultat n’est pas optimal, loin de là. Promis, prochainement je vous met en place des vignettes qui s’agrandissent quand on clique dessus.

 

*  Argentique et numérique : Il y en a pour tous les goûts, mais je ne cherche pas à promouvoir une technologie plutôt qu’une autre

 

 

 

 

*  La couleur et la chaleur des photos :

 

Le flash donnera à vos photos, un teint blafard, sans volume ni caractère, bannissez-le. Préférez la lumière produite par la chaleur des flammes, en rehaussant si nécessaire les zones mal éclairées par des petites touches de lumière diffuse avec votre lampe torche pendant le temps d’exposition.

 

*  Les pellicules (photo) :

 

Concernant les temps d'exposition et les couleurs, la pellicule utilisée est très importante :

La fuji 4 couches a tendance à tirer dans le vert sur les longues expositions, les Konica vers le bleu, alors que la gold donne un orange jaune du meilleur effet. A vous de vous faire votre propre opinion et n’hésitez pas à me faire part de votre propre expérience.

La kodak gold ultra qui est le film pour trous du cul par excellence. L'avantage c'est que ce film est un 800ISO encode en 400ISO. Sa réponse est immédiate mais diminue dans le temps.

 

 

 

Pour les appareil a mesure d'exposition automatiques, se mettre en priorité diaphragme sur 5.6 et ajouter +2 en correction d'exposition si les flammes des bougies sont VISIBLES car elles trompent le calculateur. Ce qui devrait donner dans les 15s d'exposition.

 

 

* C’est tout flou !!

 

1,2,3 soleil… Bougé !!!

 

Le pied, c'est bien mais il est impératif d'avoir aussi une télécommande pour ne pas faire bouger l'appareil ou alors utilisez le retardateur.

Pour faire la mise au point (a débrayer sur les appareils automatiques évidemment), utiliser une lampe puissante en spot et éclairer une zone témoin de la profondeur de champ voulue.

Buée

 

Pas nécessaire d’emporter un morceau de carotte pour en badigeonner votre tout nouvel objectif à focale fixe… La buée apparaît quand il y'a des écarts de température, typiquement le gars qui garde son jetable au chaud dans son blouson. Il faut faire une mise en température de l'appareil.

 

Préférez l’utilisation d’une house semi étanche pour votre appareil, avec un paquet de dessicant (Silicagel par ex) pour virer l'humidité. Par contre, il doit rester loin de vous, au FROID, enfin, a température ambiante.

 



   

*  La photo ci-contre a été réalisée dans la Carrière de gypse de Triel sur Seine, avec 3 lampes à acétylène, quelques bougies dont les effets sont plutôt subtils, est un éclairage à la lampe électrique (pour le fond du tunnel, en hauteur). N’hésitez pas à balayer la zone avec votre lampe électrique,  sinon vous risqueriez de faire apparaître trop clairement son faisceau  sur votre cliché.

 

Cette photo, ainsi que celles des pages Préambule  et  Carrière de gypse  ont été réalisées avec un boîtier Nikon F501 et un objectif 50 mm  F1,8.

Temps de pause : 30 s

Ouverture : F4,0

Film 400 Iso (ne choisissez pas une sensibilité trop élevée, vous serez déçu par le grain de la photo)

 

 

*   La photo ci-contre, réalisée également dans la Carrière de gypse de Triel sur Seine n’innove en rien par rapport à la photo ci-dessus. Son intérêt réside dans son extraordinaire teinte cuivrée. Cette fois-ci, la lampe électrique n’a pas été utilisée en lumière d’appoint. Les petites bougies chauffe-plats disposées ici et là, viennent rehausser l’avant plan et contribuer à mettre en valeur l’avant plan, même si on peut regretter le trop net effet de spot.

 

*  L’appareil photo numérique n’offre pas encore toute la souplesse d’utilisation d’un reflex. Les dégradés de couleur sont plus grossiers et les zones trop claires vont se traduire par des gros placards blancs. Mais si on prend en compte la simplicité d’utilisation du numérique, et la possibilité de retoucher les couleurs, la luminosité et le contraste à sa convenance, on peut néanmoins en retirer quelques satisfactions. Les photos du Gouffre de la Fage et de  Roucy  ont été réalisées avec un Olympus Camedia C-2000 Z (depuis, j’ai changé d’appareil et ça va mieux !!)

*  Le bruit : Vous pouvez respecter un silence religieux pendant la prise de vue, ou danser et chanter à tue-tête, vous aurez toujours cet amalgame d’éléments aléatoires qui font partie des mesures effectuées et des interfaces causées par l’électronique de l’appareil.

 

Le Bruit de Fond

 

Aucun pixel n’est susceptible « de compter » le même nombre de photos qu’un autre, même s’ils sont exposés à la même source.

Le Bruit de Lecture                     Le Bruit du Traitement

 

Ces bruits interviennent à chaque étape du procédé : Le signal créé par la lumière heurtant un capteur est amplifié et converti (voire interprété) en valeur numérique.

 

 

Remarque : Même lorsqu’il n’y a aucune lumière arrivant sur un capteur, les électrons s’accumulent graduellement dans ses pixels. Appelé Dark Noise, le signal que ce phénomène crée est indiscernable de celui produit par une source de lumière.

 

 

*    SILENCE !!!

 

La photographie en très faible lumière est fortement susceptible de contenir du bruit. La teneur de ce bruit peut être contrôlée dans une certaine mesure par la longueur de l’exposition et par la sensibilité du capteur.  Habituellement, un CCD à faible sensibilité (lent) et une longue exposition produisent une image de plus haute qualité qu’une exposition plus courte avec la sensibilité de CCD élevée.

 

Pour finir, un autre facteur doit être pris en compte. La compression JPEG peut augmenter le bruit dans une image en faisant la moyenne des couleurs d’un groupe de pixels adjacents. S’il est disponible, un format d’image non comprimé devra être utilisé.

 

*       Le réglage du blanc

 

Sans entrer dans des détails trop techniques, un appareil numérique a besoin d’établir une base sur laquelle seront évaluées les proportions de couleurs (la somme de toutes les couleurs est le blanc). Pour toute photo le blanc doit donc être déterminé, et les photoscopes sont plus lents que leurs cousins argentiques car ces derniers laissent le soin de cette démarche au film.

 Le blanc étant affecté par l’éclairage environnant, l’appareil doit donc prendre en compte cette lumière pour en compenser l’effet si nécessaire.

 

La plupart des appareils récents offrent la possibilité d’ajuster le réglage du blanc. Pour ma part, je laisse le mode auto et je retrouve la teinte cuivrée des photos argentiques.

 

 

 

La technique photo

Plus de photos…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ecrire au Webmaster :   sylvain.zzz@wanadoo.fr

 

 

 

Préambule -Les Lampes - Technique photo - Carrière de gypse - Refuges - Roucy - Paris - Carrière de  tuffeau - Naours -Champignonnière - Gouffre de la Fage - Insolite - Biblio et contact